Traductions de la Bible

La Bible Segond : ses origines, son histoire*

 

La traduction de la Bible par Louis Segond, réalisée à la fin du 19e siècle a souvent été comparée, par la rigueur de sa langue et par la force de son style, aux versions prestigieuses de Luther en allemand ou King James en anglais.

La Nouvelle Bible Segond, qui en est l'héritière, a fait l'objet d'un travail de révision très minutieux visant à rendre la traduction encore plus fidèle aux textes originaux et encore plus rigoureuse dans son expression. Soucieuse de favoriser l'étude des textes bibliques en profondeur, l'équipe de révision a recherché d'abord la cohérence : les correspondances entre les mots du texte français reflètent autant que possible les correspondances dans les langues originales.

Cette traduction littérale s'efforce donc de rendre non seulement ce qui est dit, mais aussi la façon dont cela est dit.

Il s'agit de servir la rencontre entre ces écrits anciens et leurs lectures présentes, sans céder à la mode des interprétations du moment. Le lecteur est toujours amené à se confronter avec le texte biblique, même lorsque celui-ci comporte des rugosités, pour y découvrir par lui-même une Parole.

L'œuvre de Louis Segond

Louis Segond est un théologien genevois (il y est né en 1810 et mort en 1885) qui enseigna à la faculté de théologie de cette même ville comme professeur d'Ancien Testament. A la demande de la Compagnie des pasteurs de Genève, il entreprend dès 1865 une nouvelle traduction de l'Ancien Testament qu'il achève en 1871 : il sera imprimé et diffusé à Genève et Paris en 1874. Cette traduction fut suivie de celle du Nouveau Testament qui paraît en 1880. La même année vit l'édition de la Bible entière en un volume, " La Sainte Bible, qui comprend l'Ancien et le Nouveau Testament, traduits sur les textes originaux par Louis Segond, docteur en théologie ", avec un tirage de 50 000 exemplaires.

L'Histoire du texte

1910 et la fixation du texteAccueillie d'abord avec réserve par les milieux conservateurs, cette version sera très vite largement diffusée parmi les milieux protestants francophones. Il en sort 300 000 exemplaires entre 1880 et 1910. Segond, mort en 1885, ne verra pas la révision du texte qui sera publiée en 1910 et reviendra sur un certain nombre de choix interprétatifs de Louis Segond jugés trop personnels. L'édition de 1910 fixa le texte pour plusieurs générations.

Les Années 70 et l'entrée en modernitéLes professeurs Marc Keller, Franck Michaëli et Jules-Marcel Nicole furent les maîtres d'œuvre de la révision suivante. Le Nouveau Testament parut en 1967 et la Bible entière en 1978, connue sous le nom de " Bible à la Colombe ". On renonça à trop de rhétorique pour coller de plus près à l'original, et des notes furent largement introduites. Dans le même temps, la Société Biblique de Genève faisait paraître une révision plus légère, prenant en compte la modernisation de l'expression française, en 1975, sous le nom de " Nouvelle Bible de Genève ".

2002 et la Nouvelle Bible Segond

Il est vite apparu que la version " à la colombe " avait besoin d'une révision nouvelle. L'Alliance Biblique Française chargea dès 1988 une petite équipe de préparer une édition d'étude. L'évolution de la langue, la facilité d'harmonisation globale qu'apportait l'outil informatique, l'association d'Eglises et de tendances théologiques différentes permirent de gagner en cohérence, en solidité et en impartialité. L'ajout de nombreux outils de lecture en font une véritable " Bible d'étude ". Cette Nouvelle Bible Segond répond aux attentes et aux exigences des lecteurs modernes en leur offrant la possibilité d'une lecture plus critique, plus autonome.

* www.la-bible.net